vendredi 16 décembre 2011

Centraide : même en dessous nous ne sommes pas tous pareils

La question se pose depuis un moment déjà : peut-on réellement sensibiliser le grand public aux problèmes de l’itinérance par le biais de personnes issues du show-business? Faut-il montrer la réalité de la rue ou faut-il utiliser la renommée d’une personne publique pour en parler en espérant que cela ait plus d’impact? Ces questions, la nouvelle campagne publicitaire de l’organisme Centraide (qui aide les personnes les plus démunies) nous invite une fois de plus à nous les poser.



Cette dernière campagne repose sur le concept humaniste, déjà utilisé pour lutter contre le racisme, du « en dessous on est tous pareil ». Itinérant, non itinérant, sous nos habits nous avons les mêmes corps, noir et blanc nous avons tous le même sang : nous faisons tous partie de la communauté des humains.

Toutefois, si cela est vrai pour la couleur du sang, est-ce aussi vrai pour le corps ? La question mérite d’être posée objectivement : en dessous est-on vraiment tous pareil ?
Non, vraiment pas. Les publicitaires de la campagne oublient une donnée fondamentale ; si l’expérience de la rue se manifeste bien à un endroit, c’est sur le corps. Vivre dans la rue c’est subir les difficultés du climat, du manque de soin et de la violence permanente, et tous ces mauvais traitements laissent leurs marques indélébiles sur corps : engelures, abcès, corps aux pieds, eczéma, galles, plaies jamais ou mal cicatrisé, prurit, psoriasis, eczéma, mycoses, infections, etc.

Alors, dans ce contexte, nous montrer des corps beaux et sains, parfaits, propres, épilés, maquillés et retouchés, pour nous faire avaler un message recyclé et peu imaginatif n’a que peu d’impacte. Ces corps sont tout sauf des corps de la rue. Est-ce ça les corps des gens dans la rue ? Partisans du réalisme dans les causes sociales, nous pensons qu’il faut plutôt montrer la tragédie quotidienne et ses conséquences morbides pour faire réagir le public. C'est justement là le point le plus important: L'inégalité entre les humains et si présente qu'elle se manifeste même sur les corps...
La rue ronge ceux qui la vivent.

Notre proposition:

Aucun commentaire: