mardi 21 septembre 2010

C'est condescendant dans le métro (et l'autobus)


La vidéo fait sensation sur les réseaux sociaux Québécois (Montréalais) depuis hier: Il fait chaud dans le métro (et l'autobus). Financée par Projet Montréal, la publicité est présentée "par Richard Bergeron et son équipe de la 2e opposition à l'hôtel de ville de Montréal". La vidéo n'est en fait qu'un instrument destiné à recruter des abonnés sur Twitter et Facebook en jouant sur la colère des usagers de la Société de Transports de Montréal (STM). "Si vous croyez comme nous qu'il est grand temps d'améliorer la qualité du transport en commun, suivez-nous sur Twitter et Facebook."

La campagne de Projet Montréal

La publicité originale de 1976.

La parodie de la toute première campagne publicitaire télévisée produite pour la STCUM en 1976 est, dit-on, destinée à "critiquer la décision de la STM dans un contexte où celle-ci rejette l'idée d'ajouter à son appel d'offres pour le remplacement des wagons du métro de Montréal la climatisation de ceux-ci".

Les réactions se multiplient partout sur Internet, où les gens expriment généralement leur approbation pour la campagne de Projet Montréal, en dénonçant le service souvent jugé médiocre, trop lent, trop cher, etc. Sauf que la campagne est, en fait, un échec lamentable, un exemple de condescendance à peine voilée envers la STM et ses usagés, un exercice destiné davantage à donner de la visibilité au parti politique qu'à ouvrir le débat sur la qualité des services offerts par la STM. L'analyse filmique seule de la parodie laisse croire qu'il s'agit d'une campagne de salissage de la société de transports.

D'abord, c'est le propre de la parodie de faire ressortir les défauts et les maladresses d'une production originale. Tout y est: vêtements démodés, sourires niais, démarche théâtrale, moustaches graisseuses, entrain démesuré, photo délavée. En somme, on s'attaque à l'image même de la STM en lui donnant l'air d'une vieille entreprise déconnectée, archaïque, qui n'a pas évolué depuis 35 ans (la vidéo date, après tout, de 1976). On s'attaque même au personnel de la STM. Le seul employé de la société d'État qui figure dans la vidéo semble directement sorti d'un sketch de Rock et Belles Oreilles, un attardé graisseux à qui l'on n'oserait pas demander de compter les doigts de sa main droite. C'est une chose quand ça vient de la part d'un groupe d'humoristes qui a fait sa carrière en repoussant les limites du cynisme et de la dérision pour dénoncer ce qui ne va pas dans la société, c'en est une autre lorsque ça vient d'un parti politique qui devrait d'abord et avant tout éviter de tomber dans le cynisme et surtout se garder de se moquer des employés d'une société d'État qu'il devrait promouvoir pour atteindre les plus grands objectifs de son programme électoral.

Projet Montréal fait, une fois de plus, preuve d'un manque de sensibilité en agissant de façon cavalière. D'abord dans le dossier du bruit, en optant pour une règlementation paresseuse qui ne se base sur aucune cartographie des émissions de bruit dans l'arrondissement, sur aucune étude en particulier, sans aucun type de consultation de la population, et qui ne tient pas compte des différents types de bruits. Ensuite dans cette campagne malhabile qui ridiculise les services offerts par la STM. Leurs objectifs sont probablement louables: améliorer la qualité de vie des Montréalais, attirer plus de gens à y vivre. Sauf que les moyens qu'ils prennent auront fort probablement l'effet contraire. Alors qu'il devrait promouvoir la vie urbaine, encourager l'utilisation du transport en commun et vanter les mérites de la densité urbaine, Projet Montréal lance un tout autre message à la population. "Vous avez raison d'habiter en banlieue, les services de transport en commun sont médiocres, les chauffeurs sont cons comme leurs pieds et la ville est pleine de nuisances!"

Au lieu de s'efforcer à démentir de fausses perceptions (les problèmes de bruit sont généralement épars et concentrés, le service de la STM s'améliore d'année en année), le parti d'opposition jette de l'huile sur le feu.

Si le service d'autobus de la STM se classe bon dernier sur 13 services d'autres grandes villes du monde répertoriés récemment par des chercheurs de l'Imperial College de Londres, le service de métro, quant à lui, prend la tête d'un palmarès de 26 réseaux semblables. Il s'agit du métro le plus propre et le plus efficace.

"Le portrait que les chercheurs ont dressé du métro est beaucoup plus reluisant. Même si ses voitures ont plus de 40 ans, il continue de servir les Montréalais avec une fiabilité étonnante.

En fait, il est l'un des plus fiables du palmarès lorsqu'on compte le nombre d'arrêts de service de plus de cinq minutes par kilomètre parcouru. Il dépasse la très vaste majorité des sociétés européennes et nord-américaines où l'on trouve des métros du même âge. Le transporteur montréalais parvient à mettre en service 85 % de ses wagons en période de pointe, et ce, bien que ses voitures soient beaucoup plus âgées que dans les autres villes." - La Presse, 2 septembre 2010.

Il est vrai que les voitures se font vieilles et que cela pourra causer plusieurs problèmes aux usagers d'ici peu, sauf que ni la STM, ni l'AMT, ni la ville de Montréal n'est à blâmer aujourd'hui, puisque c'est à cause de problèmes d'ingérance dans le dossier des appels d'offres pour le renouvellement des voitures de métro de la part de Québec que la STM voit sa flotte de voitures prendre plus d'âge qu'elle ne le devrait. Mais alors, qui donc Projet Montréal tente-t-il de pointer du doigt? À en croire cette campagne, ça serait la STM elle-même et ce seront sans doute ses employés qui, les premiers, en feront les frais. On peut déjà entendre les gens se plaindre de la bêtise des chauffeurs d'autobus, relatant sans cesse les mêmes épisodes anecdotiques d'un chauffeur mal engueulé rencontré un bon jour de novembre. Or, pour chaque chauffeur bête que j'a rencontré, j'en compte au moins une centaine d'autres sympathiques qui prennent leur travail à coeur.

Quand Projet Montréal se lance dans des campagnes de la sorte, c'est toute son immaturité politique qu'elle expose au public. Leurs objectifs sont sans doutes louables, mais leur attitude souvent trop cavalière, obstinée et arrogante laisse croire que les trois prochaines années pourraient être bien longues dans l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal. The road to Hell is paved with good intentions, qu'ils disaient.

3 commentaires:

maxime a dit…

coudonc, vous être donc ben frustré de la vie!

cest drôle... peut-être inneficace, mais drôle. Le chauffeur a peut-être l'air un peu spécial, mais ceci ne ridiculise pas les chauffeur en général.

Il y a du travail en sale dans cette vidéo, elle est foutument bien réalisée! C'est un beau clin d'oeil à l'ancienne vidéo. Les choses changent, on rira de ce que l'on fait aujourd'hui dans trente ans et tant mieux! En plus, justement on fait le lien avec le passé... le métro semblait le transport à adopter... je n'en suis plus très convaincu! Personnellement, j'utilise mon vélo ou mon auto à Montréal.

Je ne suis pas convaincu de tout ce que fait Projet Montréal... mais ils sont ouvertement pour l'avancée des transports en commun.

appréciez donc un peu plus la vie voir... allez faire du vélo, souriez, la vie est belle!

Alexandre Paré a dit…

Il faut parfois être dur. Je critique les moyens que PM prend pour faire avancer ses projets. J'aimerais bien qu'ils prennent ça comme un coup de pied au cul, parce que j'ai voté pour eux et c'est pas vrai que je vais admettre que mes votes sont allés aux chiotes seulement un an après l'élection d'un parti auquel je croyais...

La vidéo elle-même, c'est vrai, c'est bien fait, et comme je dis, si c'était venu d'un groupe d'humoristes, ça aurait été super... Tant mieux pour la boîte qui l'a réalisée.

Anonyme a dit…

Bon topo. Merci