lundi 14 décembre 2009

Almost As cool As Fighting: comment vendre des boissons énergétiques


Le marché des boissons énergétiques est un filon que les compagnies d'agro-alimentaire exploitent ad nauseam. Pour s'en convaincre, il suffit de comptabiliser le nombre de nouveaux produits qui émergent, et disparaissent, chaque année.

Les raisons sociologiques de cette demande de boissons énergétiques sont connues: dans un monde où la compétition économique et sportive deviennent des idéaux, l'homme se sent de plus en plus insuffisant. Cette idéologie du toujours (notamment au niveau des impératifs économiques) impose à l'individu et au travailleur des objectifs difficiles à réaliser dans des laps de temps souvent trop courts.

L'idéal de ce nouveau type de travail est le monde de la communication (publicité, design, etc), monde qui se targue d'offrir des conditions de travail exceptionnelles à ses employés (un milieu stimulant, de beaux bureaux design, des employés cools, etc.), mais avec des horaires de travail dignes du XIXe siècle d'Émile Zola (on ne nommera pas le nom des compagnies montréalaises connues pour leur management, tout le monde les connaît).


Dans ce contexte économique, les boissons énergétiques ne peuvent que prospérer. Bizzarement, les publicitaires chargés de vendre le produit (et qui connaissent mieux que quiconque les impératifs de la croissance) ne se représentent pas ou peu dans ces annonces et préfère lorgner sur le monde de l'adolescence.

Pas con, l'adolescent est cool, insolent, rebelle, trash et surtout, il est énervé (on n'est pas sérieux quand on a 17 ans, Rimbaud). C'est cette essence de l'excitation pubescente que les spécialistes de la comm semblent vouloir atteindre. Buvez et vous redeviendrez jeune, con et insolent; c'est le thème de la campagne de pub pour la boisson Cult . Attention! On précise que ce n'est pas pour les enfants. Bien joué, les enfants et les ados se jetteront dessus puisqu'ils rêvent d'être des adultes et que le clip s'inspire grandement de GTA, tandis que les adultes retrouveront dans le clip cet idéal de l'état régressif que véhicule notre société dans son culte tout aussi régressif de l'enfance et de l'adolescence.



Bien évidemment, ce clip est un hommage, sinon une copie du fameux clip Stress de Justice...



Notre ami Jean-François Proulx nous fait aussi remarquer que le clip rappelle la version non censuré de Smack my bitch up de Prodigy.

5 commentaires:

Jean-François Proulx a dit…

Peut-être aussi un peu inspiré du clip de Prodigy : Smack My Bitch Up. http://www.dailymotion.com/video/x25uxm_prodigy-smack-my-bitch-up_music

Rocklapin a dit…

c est comme le jeux GTA mais en vrai!

Fabien Loszach a dit…

non, c est un clip. la vraie vie c est internet

Alexandre Paré a dit…

La vraie vie c'est dangereux! T'as raison d'te chier d'ssus!

6p00d834525e1869e2 a dit…

et moi qui s'en va se gaver de guru .. inéluctablement, une ou deux fois par semaine seulement (ex-addict)