vendredi 18 décembre 2009

AACAF - Déconstruction d'un texte de Réjean Tremblay

La musique au Centre Bell lors des matches du Canadien a fait les manchettes cette semaine lorsque l'animateur et journaliste Patrick Marsolais a adressé une lettre à La Presse pour se plaindre de la minceur du répertoire francophone. Selon ses calculs, près de 95% de la musique diffusée lors du match contre les Penguins de Pittsburgh, auquel il a assisté avec son fils, était anglophone. Nous ne sommes pas étonnés et, bien franchement, nous n'en avons rien à cirer: de la merde, en anglais ou en français, elle est où la différence?

Sauf que Réjean Tremblay, lui, grand patriote, défenseur du fait français en Amérique et producetur émérite de produits culturels Québécois sophistiqués et intelligents, s'en offusquait aujourd'hui dans une chronique bien sentie.

AACAF vous offre la déconstruction d'un texte du plusse meilleur chroniqeur du Québec...

Je savais qu'on avait droit à Bobépine un fois de temps en temps, mais je n'avais pas remarqué que la version originale de Plume Latraverse avait été remplacée par celle d'Éric Lapointe. Sans doute que les droits de Plume coûtaient plus cher. Ou on voulait un son plus jeune.

D'abord, il est plutôt déconcertant de constater qu'il est possible de ne pas voir la différence entre la Bobépine de Plume et celle d'Éric Lapointe. Déconcertant et indicateur d'une sensibilité sans bornes. Du rock c'est du rock, après tout. D'autant plus qu'il est diantrement vrai qu'Éric Lapointe, c'est de la vraie musique de jeunes. On se demande d'ailleurs pourquoi Apple n'a pas encore pensé à lui pour ses annonces de Ipod.

Certains ont fait les gorges chaudes sur Marie Mai. Mais les chansons de Marie Mai n'ont rien à envier à celles de Jessica Simpson.

Vous avez raison, M. Tremblay, nous n'aurions jamais cru être d'accord avec vous un jour! Qui plus est, ses affiches promotionnelles (et parlant d'Éric Lapointe, en plus!) non plus n'ont probablement rien à envier à celles de Jessica Simpson...


Et puis, les cinquante dernières années de la chanson francophone, qu'elle soit québécoise, acadienne, française ou belge, doivent fournir de quoi encourager les joueurs et les fans et meubler l'ennui de certains matchs.
Par exemple, quand le Canadien s'étouffe dans sa médiocrité, Charlebois pourrait entonner: «Entre deux joints, tu pourrais te grouiller le cul!» Ou encore, après un mauvais but accordé par Carey Price, on aurait droit à Tout écartillé.

M. Tremblay, les joueurs du Canadien ne savent pas ce que c'est qu'un joint et on attend toujours qu'Éric Lapointe reprenne la pièce en chantant "Entre deux tracks, tu pourrais te grouiller le cul!" Et voilà pour les cinquante dernières années de la chanson francophone.

J'aime beaucoup Dégénération de mes Aïeux ou certains airs des Cowboys fringants. Et puis, Pagliaro a du rock bien baveux qui pourrait dégouliner sur n'importe lequel adversaire mal aimé de la Flanelle. Et Pierre Lalonde pourrait chanter C'est le temps des vacances quand le Canadien achève d'écraser les Bruins de Boston 7 à 0.

La voilà donc la culture québécoise moderne: Mes Aïeux et Les Cowboys Fringants. Du floklore électrique. Et tant qu'à jouer Pierre Lalonde au Centre Bell, pourquoi aussi ne pas jouer La Dame en Bleu de Michel Louvain quand Komisarek saute sur la glace dans l'uniforme des Leafs? Ça serait tout aussi criant d'actualité!

De toute évidence, je suis comme de nombreux lecteurs. J'aime mieux Jailhouse Rock que le Rock du bagne. Et comment se fatiguer de U2 ou des Doors?

C'est clair que si vous achetez encore des cassettes du catalogue Columbia, il y a très peu de risques que vous ne vous fatiguiez de U2 ou des Doors. Saviez-vous qu'on venait tout juste de rematricer les Beatles? Vous pourrez certainement vous procurer les coffret complet dans la section nouveauté chez Sam the Record Store...

Mais je me dis que tous les matchs du Canadien sont également retransmis dans des villes américaines ou dans le reste du Canada et que c'est une formidable vitrine pour montrer ce qu'est la culture du seul État de langue française en Amérique.

Car tout le monde sait que le hockey est extrêmement populaire au Sud de Philadelphie. Et que dire de l'Europe? Sans compter la vitrine exclusive qu'offre la retransmission des matches du Canadien en Inde! Plus d'un milliard d'habitants! Itunes connaît également des sommets importants dans ses ventes suivant la diffusion d'un match de hockey.

Si moi je n'ai pas la compétence d'offrir une sélection qui se tient à l'animateur de foule du Centre Bell, je suis convaincu que ce n'est pas votre cas. Alors, vous connaissez l'adresse: Rejean.tremblay@lapresse.ca pour faire parvenir vos suggestions.

C'est tout à votre honneur, au moins, de constater la minceur de votre propre répertoire musical.

Et comme le Wild ne revient pas cette saison, inutile de suggérer Fais-moi la tendresse de Ginette Reno.
Ni Noir c'est noir de Johnny Hallyday pour Georges Laraque. Même si c'est Nanette Workman qui fait les choeurs. Faut se forcer un peu.

Georges Laraque est noir. Bravo M. Tremblay!

Alors les voici nos suggestions... Quand Cammalerri compte un but:



Quand Laraque se bat:



Quand les Bruins sont en ville:



Et enfin, en toutes circonstances, et pour que les partisans participent à un concours de danse des pouces:


Aucun commentaire: