vendredi 13 novembre 2009

OVNIS et SARCASMES


Peut-on parler sérieusement des OVNIS sans susciter automatiquement les moqueries et les sarcasmes ? Avec sérieux, cela sous-entend en adhérant aux canons de scientificité et de rationalité. La rationalité scientifique ne considère comme vrai que ce qui peut être établi objectivement au moyen de l’expérience et rejette les croyances et les préjugés non vérifiés empiriquement.

Dans les médias sérieux, il semble impossible de parler d’OVNI sans se prêter aux moqueries envers les illuminés qui croient à ces phénomènes. L’épisode des Francs-tireurs de cette semaine donne un bon exemple de la posture condescendante que se donne le journaliste sérieux sur un intervenant complètement à côté de la plaque. Tout au long du reportage, les personnes invitées à témoigner de leur rencontre du troisième type sont systématiquement tournées en dérision.



La chaine de télévision française Canal + a tenté de réaliser un reportage très sérieux sur le phénomène des OVNIS sans tomber dans l’écueil du reportage grossier dont le seul but est de se moquer des gens qui ont la foi. Dans OVNIS, quand l’armée enquête, Patrice de Mazery et Michel Despratx questionnent, à travers un travail très rigoureux, l’intérêt de l’armée pour les phénomènes aérospatiaux inexpliqués.




Tout au long du reportage, les journalistes s’entretiennent avec des pilotes de ligne, des pilotes de chasse et des membres de l’armée française, mexicaine et américaine pour recueillir leurs expériences. Ils rencontrent aussi les chercheurs au GEIPAN (groupe d’étude et d’information sur les phénomènes aérospatiaux) qui analysent les témoignages de personnes ayant vu des OVNIS et les photos qui ont été prises.

Conclusion du reportage, il y a des cas inexpliqués (1400 observations de pilotes, des photographies) et à ces cas chacun donne son explication. Le problème est là et les Francs-tireurs auraient dû s’en douter, ce n’est pas les observations qui sont toutes des hallucinations, mais les interprétations qui font souvent appel à l’imaginaire plus qu’à la rationalité scientifique. Il y a des phénomènes qu’on ne peut expliquer, pourquoi seraient-ce des extra-terrestres plutôt que des phénomènes atmosphériques non expliqués ?

Le problème des believers est qu’ils remplissent les vides du non expliqué par leur imagination débordante au lieu de les laisser vacants ou de faire plusieurs hypothèses. Pour ces grands rêveurs, leur seule hypothèse à valeur de vérité, les phénomènes observés sont des extra-terrestres. Alors que notre société valorise le rêve et l’imagination en art, elle la rejette catégoriquement dans le domaine des sciences ; et c’est surement mieux comme ça.


1 commentaire:

Martin ITFOR a dit…

Excellent article Fabien... J'aime bien le documentaire d'Arte...