mardi 17 novembre 2009

Le fond de commerce



La vague fluo étant passée depuis quelques temps déjà (elle nous aura tout de même embêté deux ans), certains artistes qui ont (trop) allégrement surfé dessus se retrouvent à marée basse... Ils ont perdu leur fond de commerce et leur public, qui ne se résume plus qu'à la polyvalente de Saint-Lambert ou aux élèves de secondaire 3 et 4 du collège Notre-Dame de Lourdes de Longueuil.

Dans un tel cas de figure, comment faire parler de soi quand on est les has-been d'une ancienne culture jeune qui se renouvelle à la vitesse de la lumière et qu'on n'a plus spécialement quelque chose à dire ? Le groupe Omnikrom vient de trouver la recette et elle est moins bête qu'on le pense: relancer un de ses vieux albums!

Ce n'est pas très créatif, direz vous, c'est certain; mais cela témoigne d'une vraie intuition sociologique. Dans une société comme la nôtre, effrayée par son propre présent et qui aime vivre dans la douceur confortable de la nostalgie, vendre un produit culturel vieux de 3 ans et l'auréoler du label "nostalgie" est un coup de maître. En prime, on réssussite les défuntes soirées Sharp à l’os enterrées l'année dernière. Moins banane.

Pour beaucoup d'observateurs, pour ne pas dire la plupart, notre société est caractérisée par une excroissance et une multiplication à l'infini des biens de consommation, notamment des biens culturels. Cette logique est couplée à une autre de renouvellement permanent de ces produits, ce qui fait que les modes se suivent et se succèdent à un rythme effréné.

Une autre étape a été franchie: la réduction du temps entre le dépérissement d'un produit culturel et son revival nostalgique et le renouvellement permanent de ces mêmes nostalgies. Merci à l'avant-garde culturelle de toujours donner plus d'idées au capitalisme marchand pour se renouveler lui aussi...



Re-lancement du Ep Culte d'omnikrom, 20 novembre, Jupiter Romm, Montréal.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

hey merde...

hubert a dit…

je doute qu'il y ait une polyvalente à Saint-Lambert... plutôt un collège privé