mercredi 11 novembre 2009

Héros des platines

Le dernier tiers du dernier siècle fût celui des guitaristes. Les Hendrix, Page, Clapton et Richards ont, bien malgré eux, imposé aux générations subséquentes de parents des dépenses de plusieurs centaines de dollars leur permettant ensuite d'avoir le privilège d'endurer les laborieuses émulations de solos des plus grands succès rock des quarante dernières années. Les parents les plus conciliants ont dû également sacrifier leur garage ou leur sous-sol au profit de la créativité de leurs enfants et de leurs amis. Les conséquences du culte voué aux guitaristes ne s'arrêtent pas là puisque celui-ci a également rendu la mise sur pied de groupes extrêmement complexe. Impossible de se trouver un bassiste ou un batteur. Les auditions de guitaristes, quant à elles, s'étirent sur plusieurs mois.

Jimi Hendrix

Le culte du guitariste s'est éteint récemment et a été remplacé par celui du DJ. Ne nous attardons pas à ce phénomène qui fait l'objet des discussions aux accents prophétiques sur la toile depuis déjà plusieurs années.

Grandmaster Flash

C'est vrai, Papa dépense maintenant plusieurs centaines de dollars chez Moog en achetant les platines Numark les plus cheaps et un kit Serato qui permettra à Fiston de beatmatcher tous ses remixes de Justice d'un seul clic et les oreilles bouchées.

Girl Talk

On ne s'étonna donc pas de voir la compagnie Activision, qui nous avait déjà donné la franchise Guitar Hero, lancer le jeu DJ Hero le 27 Octobre dernier. Ainsi, il est maintenant possible d'enchaîner des dizaines de hits (la liste variée est tout de même impressionante et démontre que les concepteurs ont fait leurs devoirs en incluant des incontournables des dancefloors d'hier et d'aujourd'hui) dans le confort de son salon. Deux Ecstasy, un glowstick, un tattoo tribal et on se croirait à Ibiza.

Tiesto

Sans même avoir essayé le jeu, il nous est possible de prévoir que l'illusion sera certainement éphemère et que les jeunes héros qui tenteront leur chance pour la première fois derrière les platines d'un club ou d'un bar réaliseront que les concepteurs du jeu ont été incapables de recréer certains aspects importants du travail du DJ...

Une DJ très contente

En aucun moment serons-nous confrontés à un mixer dont tous les boutons auront été arrachés ou à un DJ booth sans mixer. Il n'arrivera jamais non plus que nous soyons obligés de mixer avec un walkman d'un côté et un lecteur CD maison de l'autre. Il n'arrivera pas que quelqu'un renverse sa bière sur les platines, le mixer ou sur vos disques. Personne ne viendra vous demander quel était le morceau que vous avez joué il y a vingt minutes. Personne ne viendra non plus vous demander si vous avez la toune qui va "NA naaaa NAAA NAAAAA DAAA da da da daaaaaa Never gonna be alone again! NAAAAAA NANANANNAAAAAA!!!!"

Justice

Personne ne vous demandera de jouer "quelque chose qui bouge plus" alors que le dancefloor est plein à craquer. Personne ne vous demandera de jouer le morceau le plus lent de Air à 1 heure du matin et alors que le dancefloor est plein à craquer. On ne viendra pas vous parler pendant quinze minutes alors que vous essayez de mixer. On ne vous demandera pas où est l'after. On ne vous demandera pas où on peut trouver de la drogue. Personne ne vomira sur le dancefloor. Personne ne vous fera de demande spéciale. Personne ne vous fera une seconde demande spéciale immédiatement après que vous ayez répondu que vous n'aviez pas ce morceau.

Des gens qui font sans doute des demandes spéciales

Le promoteur ou le gérant ne vous remettra pas 12$ en disant "Je sais, c'est bizarre... la place était pleine mais personne n'a bu!!!" Personne ne vous remettra un CD en vous demandant de le mettre au complet. Personne n'ira chercher son Ipod dans son auto. Vous ne serez jamais limité à 2 drinks gratuits. Les DJs locaux ne viendront pas se planter derrière vous pour "approuver" vos mixes en hochant la tête. Les DJs locaux ne viendront pas se planter derrière vous pour vous dire "Dude! Cette track-là se mix trop bien avec le dernier Boys Noize... Drop la bass man!!!" Les DJs locaux ne viendront pas ajuster le mixer par dessus votre épaule.

Des DJs locaux

Le promoteur ou le gérant n'ajustera pas le mixer ou l'ampli à toutes les 10 minutes. Votre invité ne partira pas tout de suite après son set. On ne vous demandera pas de jouer tel ou tel mocreau parce que "c'est la fête de ma meilleure amie!!!" Personne ne vous demandera de fouiller dans votre collection de disques. Vous n'aurez jamais d'invité qui mix avec Itunes. Personne ne vous demandera de jouer du Michael Jackson pendant que "Smooth Criminal" joue. Personne ne vous dira "Oh! Wow! Tu connais Velvet Underground!!!!" Personne ne vous demandera de jouer Warsaw "parce qu'après ça Joy Division c'était de la marde..." Le DJ qui joue avant vous ne videra jamais le dancefloor avec sa dernière chanson.

En fait, peut-être vaudrait-il mieux remercier les concepteurs du jeu...

2 commentaires:

Anonyme a dit…

HAHAHA

le problème vient du fait qu'un DJ en amérique qui mixe pas du hip hop, c'est un pousseux de tounes dans un pub, that's it.

y'a rien de tout ça à berlin ou ibiza...là où y'a de vrais clubs et une culture du dj.

Alexandre Paré a dit…

il y a des bons et des mauvais DJs partout.