dimanche 13 septembre 2009

The Instant Art Critique Phrase Generator



Le générateur de critique d'art - Centre d'art Virtuel



À Almost as Cool as Fighting nous aimons nous en prendre aux textes de galerie et plus particulièrement à ceux provenant de l'art contemporain. Pourquoi? Tout simplement parce qu'ils sont drôles.

Sûr du prestige que leur confère le bénéfice du locuteur dans le monde hautement valorisé intellectuellement de l'art contemporain les textes de galeries sont souvent emphatiques et présomptueux quand ils ne sont pas tout simplement abscons. rappelez vous ce morceau d'anthologie provenant de l'exposition Faux Cadavre :

« Faisant souvent de l’interférence culturelle dans les arts visuels, le design contraint la culture à se laisser définir par des reformulations systématiques en matière d’utilité et de nouveauté. Par contre, cette imposition résulte également dans la construction d’un espace intermédiaire où les artistes peuvent proposer une enquête critique sur la notion d’utilité en abusant des pressions culturelles qui tentent de définir notre caractère, et ce, pour conjurer, ranimer et produire de nouvelles identités. »

On en rit encore... Ces textes sont censés parler d'art contemporain, mais leur style pourrait plutôt être qualifié de pompier et encore, j'ai peur de manquer de respect à Bouguereau, Cabanel et Gérôme.

Pour faire honneur au style ampoulé des critiques d'art, la galerie en ligne Pixmaven et le Centre d'art virtuel ont crées deux outils similaires: des générateurs de textes à l'usage des critiques d'art. l'artiste et professeur Gregory Chatonsky nous a fait remarqué que le générateur disponible sur le site du Centre d'art virtuel était tiré d'une installation de l'artiste Antoine Schmidt intitulée Le critique automatique (1999).

"Le Critique Automatique génère l'un après l'autre des textes critiques sur des artistes contemporains. Il manipule avec brio la langue de bois "art contemporain". Chaque texte fait une dizaine de ligne et est différent du précédent. Il reste à l'écran un dizaine de seconde puis est remplacé par le texte suivant, et ceci sans arrêt. Les noms des artistes critiqués changent à chaque exposition: ce sont les noms des autres artistes exposés dans l'exposition." (Antoine Schmitt)

Pour des raisons techniques, le Critique Automatique ne fonctionne pas en ligne, nous avons donc du nous rabattre sur le générateur mis en ligne par Pixmaven. Ici, il suffit d'entrer une combinaison de chiffre et le générateur vous offre un cours texte aussi énigmatique et nébuleux que ceux que vous pourrez lire dans une galerie près de chez vous.

On a testé pour vous The Instant Art Critique Generator disponible sur le site de pixmaven.

Premier test avec le code postal de mes parents: 26310
"I find this work menacing/playful because of the way the iconicity of the spatial relationships seems very disturbing in light of the accessibility of the work."

Test 2 -Code: 18754
"With regard to the issue of content, the mechanical mark-making of the gesture makes resonant the inherent overspecificity. "

Test 3 - Code: 39416
"It should be added that the metaphorical resonance of the facture seems very disturbing in light of the essentially transitional quality. "


Troublant...

4 commentaires:

Patrick a dit…

J'sais pas vous, mais moi ça me fait un effet biscuit chinois - comme un mystère générique.

Je suis sûr qu'on peut faire - et que se fait - la même chose avec le zodiaque.

Critique d'art et astromancie, même combat?

Deleuze en maison 9, ascendant Bouriaud?

Patrick a dit…

Hum (et pardon pour le post successif), plus j'y pense, et plus je trouve que ça a un quelque chose de donjon-dragonnesque, quelque chose comme un argot fêlée, une impotente représentation de puissance. Deleuze, Derrida, BouRriaud, Benjamin et consort sont comme des figures qui remplacent les elfes, les magiciens, les paladins, etc.

Comme le disait Bugs Bunny de la déconstruction (1972) : "[une] pratique tout entière tendue vers un unique but : dissoudre, disqualifier toute intensité, et soi-même n'en jamais produire."

Philippe a dit…

c'est merveilleux!

Je me demande parcontre ou est la source du problème des textes des galerie d'art. comment en sommes nous venue a une acceptation de la rhétorique astistique. est-ce la faute aux galleristes? aux comissaires? aux artistes? est-ce que les critiques d'art existent encore ? et si oui qui sont les mieux placé pour être critique d'art? les historiens? les artistes? les journalistes? les bloggeurs?


qu'en pensez-vous ?

Patrick a dit…

Un critique d'art, ça vient de nulle part. Mais faut qu'il sache écrire, et penser. Et peut-être même faut-il qu'il n'aime pas l'art contemporain tant que ça.

Philosophie peut-être?

En tous cas, certainement pas les historiens. Ni les artistes.

Le problème au coeur de ces textes concerne toute la débâcle des "humanités", qui n'ont pas trop su remplacer le critère de culture qui prévalait depuis le 19e siècle. Reste l'excellence et le monde de l'art, des conneries adjacentes à la société du spectacle. Le problème est full vaste, et excède évidemment un post sur un blogue.