dimanche 1 mars 2009

Une histoire populaire du football-rugby


Il y a eu dans l’histoire de l’humanité de multiples jeux mettant en scène deux équipes se battant pour le contrôle d’une balle. Ces jeux reproduisaient le schéma d’une bataille, soit une lutte pour s’approcher de la place forte de l’adversaire. On peut penser que le ballon simule le projectile que l’on porte jusque dans la place forte adverse pour la détruire. C’est dans la deuxième moitié du XIXe siècle que l’on a commencé à réglementer ces sports. Cette réglementation s’est accompagnée d’une professionnalisation dans la deuxième moitié du XXe siècle. Nous retracerons ici la genèse de ces jeux de balle avant de nous attarder sur quelques cas isolés de sports pratiqué dans une seule région du monde.


De l'haspartum au Football-Rugby

L'haspartum qui signifie en latin « le jeu à la petite balle » était un mélange de football et de rugby et handball pratiqué par les légionnaires romains pour rester en bonne condition physique. Le but était de dépasser la ligne de but adverse avec une balle faite avec soit avec une vessie de cochon ou de bœuf remplie de sable ou d'air, soit avec des intestins et des boyaux de chat hachés et recouverts de cuir ou de peau, on pouvait aussi utiliser des éponges enveloppées dans des tissus ou enrobées de corde. Le fait qu’il fut pratiqué par des militaires rendait l’ haspartum particulièrement violent, mais cela ne doit pas occulter le fait que le sport avait des règles. Sur un terrain rectangulaire, deux équipes s’affrontent autour d’une balle dans le but de déposer cette dernière dans le camp adverse. Règle d’or : seul le joueur en possession de la balle peut être empoigné, plaqué ou taclé.

Le succès de l'haspartum est parallèle à celui de l’armée romaine, partout où les soldats romains sont stationnés il est joué. D’après Philippe V Illemus, « On a trouvé des preuves de rencontres organisées entre des légionnaires romains et des habitants des îles Britanniques ; en 276 après J.-C., une de ces rencontres « internationales» fut officiellement remportée par les Bretons, d’après des documents. » (le Dieu Football, ses origines, ses rites, ses symboles).

Soule au moyen-âge

Avec la chute de l’Empire romain d’occident en 476, l'haspartum disparaît progressivement dans sa pratique codifiée et réglementée, mais l’idée d’un jeu opposant deux équipes autour d’une balle demeure. Durant l'époque médiévale, on trouve trace d’un jeu appelé « jeu de la soule » dans l'ouest et le Nord de la France ». Pratiqué essentiellement lors des fêtes des saints patrons, ce jeu assez rude opposait deux villages voisins ou deux équipes réunies autour de camps respectifs. Le but était de déposer une balle dans le camp de l'adversaire, camp qui pouvait parfois être situé à plusieurs kilomètres. La partie « ne se déroule donc pas sur un terrain bien délimité. Il peut se jouer sur la place du village, dans les champs ; les participants traversaient parfois champs, bois ou rivières avant d'arriver sur la place du village voisin afin d'y déposer la fameuse balle de foin. » (Revue Tremplin 36 (mai 1998) et (Foot Online/Frenando Moreno) La soule pouvait aussi être jouée avec un bâton ou crosse, on l’appelait alors « soule à la crosse », crosse, choule ou choulette. On peut penser que la soule à la crosse est l’ancêtre du Hockey, du shinty écossais, du hurling irlandais, du hockey sur gazon et même du golf.

soule à la crosse sur céramique

À la renaissance à Florence apparaît le Calcio que l’on considère comme l’ancêtre du football/soccer (le championnat de football italien s’appelle à ce titre le calcio). Cependant, le Calcio dont le jeu consistait à lancer une balle entre deux poteaux à l'aide des pieds ou des mains se rapproche beaucoup plus du rugby que du soccer. « Deux équipes de vingt-sept joueurs s’affrontent en tentant de mettre le ballon rond dans les filets adverses. Peu importe la manière dont laquelle la balle atterrit dans les cages, presque tous les coups sont permis. Les seules interdictions sont pratiquement les « 2 contre 1 » et les attaques par-derrière. » (wikipedia)

Un match de Calcio à Florence



Le calcio disparu à la fin du XVIIe siècle, alors que la soule continua à être pratiqué un peu partout en Europe. En France, c’est le jeu de Paume - qui consiste à se renvoyer une balle à main nue ou avec une raquette par dessus d'un filet - qui devient, dès l’époque classique, le sport le plus populaire et le plus prisé par l’aristocratie. Il est l’ancêtre du tennis et du squash.


Jeu de paume à Paris

En Angleterre la tradition des jeux de main s’appelait football. Ces jeux étaient souvent interdits par les autorités, jugés trop violents. Il faut dire qu’ils provoquaient souvent des rixes entre villageois ou villages voisins. La pratique du football resta toutefois très présente dans les collèges britanniques où l’on formait l’Aristocratie. Chaque collège ou presque pratiquait au moins un jeu de balle dérivé de la soule avec ses propres règles autorisant ou non le jeu à la main. On pouvait ainsi pratique le football de rugby si l’on étudiait au collège de Rugby ou le Football d’Eton aussi appelle Wall game si l’on fréquentait le fameux Eton College. Là encore, les autorités voyaient d’un mauvais œil de ces pratiques barbares souvent dangereuses et indignes de l’élite du royaume.

Dans les années 1820, le tout nouveau directeur du Collège de Rugby Thomas Arnold arriva avec des idées neuves sur le sport : celui-ci était un remède efficace contre le désœuvrement, l’alcoolisme et un excellent support pour la foi chrétienne (le concept de “christianisme musclé ”). Alors quand son élève William Webb Ellis décide de transformer les règles du football en portant le ballon à la main, il donne son aval aux autres élèves pour codifier la pratique de ce nouveau sport.

En 1830, l’inauguration de la première ligne de chemin de fer entre Manchester et Liverpool)marque une nouvelle étape pour le sport collégial,:dorénavant les équipes peuvent se déplacer facilement pour affronter leurs adversaires. Toutefois, les règles du football-rugby ne sont pas encore bien claires et partout respectées, alors on joue avec celles du collège qui reçoit. C’est entre les années 1820 et 1850 que les chemins du football et du rugby se séparent en se codifiant progressivement. En 1846 les élèves du collège de Rugby mettent par écrit les « Rugby School rules », en 1871 la règle fondamentale du « hors-jeu » est édictée et le premier match international joué. Le divorce consommé entre les partisans du jeu au pied (dribbling) et du jeu à la main donna naissance à deux ligues : la "Football Association" en 1863 et la Rugby Football Union en 1871.

Il est intéressant de voir que les sports d’équipes se codifient beaucoup entre les années 1860 et 1890. Après le Rugby (1846) qui est un des plus vieux code de sport collectif suit le… football australien. En effet, en 1858, Tom Wills, ancien capitaine de l’équipe de football-rugby au collège de Rugby revient en Australie sur sa terre natale et fonde le football australien. La même année nait le Melbourne Football Club qui joue un premier match officiel contre le Scotch College. L’année suivante, Tom Willis rédige les règles du football australien. En 1869, c’est au tour du football US. En 1875 on joue le premier match codifié de Hockey sur glace au Victoria skating rink de Montréal, (wikipedia) tandis que deux ans plus tard, quelques étudiants de l’université Mc Gill à Montréal rédigent 7 règles qui sont l’acte de fondation de ce sport.

Hockey sur glace à l’Université McGill de Montréal en 1884.


Le football-rugby à la marge


Football australien ou footy

ce sport commence par une aberration, il se joue sur un terrain ovale avec un ballon ovale et oppose deux équipes de 18 joueurs chaque. Le footy est un mix de rugby, du marngrook aborigène et du football gaélique, et se joue sur un terrain de cricket. Le but du jeu consiste à botter le ballon entre les poteaux de l'adversaire pour marquer des points. Le Footy a la réputation d'être violent, ce qui est inexacte; le footy est un sport de contact dans lequel les acteurs n'ont pas de protections ce qui le rend plus spectaculaire. De plus, les contacts sont généralement aériens à cause de l'importance du "Mark" (réception de passe qui permet de pouvoir tirer librement vers le but adverse s'il est réussit), ce qui rajoute à l'impression de brutalité du jeu.



Football gaélique

Véritable mixe de football et de rugby, le caid ou football gaélique se joue sur un terrain rectangulaire et oppose deux équipes de 15 joueurs. Le but du jeu est d'envoyer le ballon (rond) dans les buts adverses qui sont eux aussi un mélange de poteaux de rugby et de cage de gardien de soccer. Si l'équipe envoie le ballon dans la parti supérieur du but (les poteaux de rugby), elle se voit accrédité d'un point, si elle réussit à la faire pénétrer dans la partie basse, gardé par un goalie, elle gagne 3 points. Le football gaélique emprunte aussi au basketball dans ses modes de déplacements, en effet, un joueur n'a pas le droit de faire plus de 4 pas avec le ballon, pour continuer, il doit effectuer un dribble en faisant rebondir le ballon sur le sol. Les passes se font avec la paume de la main, les contacts épaule contre épaule sont autorisés, mais les placages strictement interdits.
Le caid joui d'une passion sans borne en Irlande, des foules de plus de 80 000 personnes s'agglutinent dans les stades pour assister aux match; cela est d,autant plus intéressant que ce sport est un sport amateur. Autre particularité, les joueurs doivent jouer dans la même équipe toute leur carrière, l'équipe du compté d'où ils sont originaires.



Association athlétique gaélique


Haxey Hood (jeu du bonnet de Haxey)

Chaque année, le 6 du mois de janvier, les habitants d'Haxey en Angleterre rejoue un événement historique (bien que peu de preuve viennent confirmer les faits) en se battant comme des petits cochons dans la boue pour la possession d'un tube de cuir censé symboliser un chapeau. Au 14e siècle, Lady de Mowbray se promenant sur ses terres aurait accidentellement perdu son chapeau à cause du vent. Une quinzaines de fermiers se serraient alors rué sur le précieux trophée pour avoir l'honneur de lui remettre. Lady de Mowbrayaurait trouvé cela si amusant qu'elle leur aurait offert 13 acres de terre à condition que ces gueux se rejouent la scène chaque année.



Wall Game ou Football d'Eton

Le wallgame est un des sports les plus élitiste qui soit mais aussi les plus ennuyeux et les plus imbécile. Il est plus intéressant de regarder du tir à la corde. Deux équipes de 10 joueurs sont accolés à un mur (construit en 1717) contre lequel est placé un ballon (rond). Les camps respectifs sont placés à chaque extrémités du murs. Le but du jeu est de pousser par tous les moyens possibles - mais sans l'aide des mains - le ballon dans le camps adverse. Résultat? Un gros tas d'hommes.

BFI National Archive - the world's largest and most diverse film and TV archive.


Le football à trois côtés


Invention de l'artiste danois Asger Jorn (1914-1973), membre de l'internationale Situationniste, le football à trois côté (et trois équipes) devait permettre de «déconstruire la mythique structure bipolaire du football conventionnel», reflet de la structure dialectique de la philosophie classique. Le football à trois équipes devait servir d'illustration la théorie trialectique de Jorn, soit une logique ternaire qui introduit, en plus du vrai et du faux, le possible, l'inconnu, le ni vrai ni faux. "Ce jeu joué sur un terrain hexagonal, avec trois buts, est totalement imprévisible: contrairement à un duel où les deux adversaires sont fixés à l'avance, il s'agit ici de constituer des alliances qui permettent d'incessants retournements de situation. L'agression et la compétitivité laissent place à la persuasion et à la collaboration. Pas de numéros sur les maillots, mais des hiéroglyphes moyenâgeux de l'alphabet énochien. De plus, l'équipe gagnante n'est pas celle qui a marqué le plus de buts mais celle qui en a encaissé le moins." (GENEVIEVE GRIMM-GOBAT). L'idée de Jorn resta dans les cartons jusqu'à ce que la London Psychogeographic Association (LPA) organise une première rencontre officielle lors de l'Université d'été anarchiste de Glasgow en 1993.La ligue de football à trois côtés porte le nom de «Ligue Luther Blissett de football à trois côtés» (Luther Blissett 3-Sided Football League) en l'honneur du footballeur anglais Luther Blissett, meilleur butteur de la première ligue anglaise de soccer lors de la saison 1983, qui vécu très mal son transfert de Watford au Milan AC. La légende raconte qu'il aurait joué les saboteurs dans le club lombard ce qui mis très rapidement fin à sa carrière dans le Calcio.

www.lutherblissett.net

1 commentaire:

Hypersky a dit…

http://4.bp.blogspot.com/_Dc8q8nuzrHw/SSKNmRvuUxI/AAAAAAAAC_k/I5rRXS-g3d8/s1600-h/cokezero_0.jpg