vendredi 6 février 2009

Lux Interior, les rockabilly, Les V-neck, et les prisons

Hier au bar une fille expliquait qu'elle détestait les hommes qui portaient des tshirts Vneck et des moustaches. Elle décrivait surement les métrosexuels contemporains, la moustache ayant fait un retour fracassant chez les urbains branchés. En la regardant, on pouvait facilement deviner ce qu'elle recherchait elle chez les hommes: un rockabilly un peu sale et viril, tatoué cela va de soi, le genre de gars qui rêverait d'avoir une moto pour compléter son Moi-carte-postale-60's, mais qui n'avait pas le temps de passer le permis.

Cette remarque chez cette énième sosie de Bettie Page peut nous aider à réfléchir sur plusieurs points:

- Elle réitéré notre conviction que les sous-cultures sont à la fois très poreuses (les gens évoluent entre diverses sous-cultures), mais peuvent aussi être très hermétiques et cela en fonction du degrés d'investissement des personnes qui les font vivre. Ex: Madame rockabilly de la tête au pied ne fréquentera jamais un metrosexuel alors que celui qui adhère de manière diffuse au mouvement pourra trouver chaussure à son pied en dehors de sa caste. Règle sociologique pour dragueur urbain: L'éxogamie sous-culturelle est inversement proportionnelle au degré d'investissement d'une personne dans sa sous-culture. En clair si t'es un hispter fif, ne drague pas une rockabilly orthodoxe, tu n'existes même pas pour elle, tu ne rentres même pas dans son champs de vision.

- Deuxième reflexion, le rockabilly qui était originellement un mouvement typiquement sudiste et rural semble être devenu dans ses manifestations contemporaines un phénomène essentiellement urbain (et moche).Règle sociologique numero 2: un mouvement populaire devient de plus en plus urbain et underground au fur et à mesur des années et de ses revivals suscessifs.

En rentrant du bar, j'ai appris la mort de Lux Interior, le chanteur des Cramps, une des figure les plus marquantes de la scène (neo)rockabilly; en effet entre temps - comme la scène mods par exemple - le mouvement été déja né et mort deux fois... L'événement le plus important de la carrière des Cramps fut sans doute leur concert au Napa Mental Hospital, un hôpital psychiatrique californien. On peut voir cette performance comme un acte politique (référence au mouvement antipsychiatrique américains, on est tous des fous, les hopitaux c'est du fascisme...) et comme un hommage aux légendes du rock comme Elvis qui avait recréé un décord de prison pour sa fameuse pièce Jail House Rock, ou encore Johnny Cash qui avait joué en 1959 à la prison de Folsom en californie.



Elvis Presley Jail House Rock 1957


Johnny cash at Folsom Prison


The Cramps at Napa Hospital





Suggestion de lecture de Gabrielle : The Rebel Sell: Why the culture can't be jammed par Joseph Heath et Andrew Potter

6 commentaires:

Hypersky a dit…

Lui as-tu demandé à la rockabily othodoxe ce qu'elle recherchait chez un homme, ou bien c'était un "educated guess"? T'as sûrement raison, mais j'suis curieux de savoir ce qu'elle aurait répondu...

"si t'es un hispter fif, ne drague pas une rockabilly orthodoxe, tu n'existes même pas pour elle, tu ne rentres même pas dans son champs de vision"... ni un rappeur, ni un straight, ni un... quoi-que-ce-soit d'autre finalement!

olivier a dit…

très drôle, mais la question que je me pose là dedans c'est: "who the fuck wants to date a rockabily?"

Fabien Loszach a dit…

oui, mais au sinon j'avais plus d'histoire à raconter...

émélie a dit…

Attends la moustache c'est énorme! Voici un lien vers 5 moustachus, c'est terrible...

http://www.dailymotion.com/video/x89ppe_its-terrible_music

Emé

What's That Track a dit…

Follow the rabbit...

http://www.ymdhi.com

/**\

Gabrielle. a dit…

''Deuxième reflexion, le rockabilly qui était originellement un mouvement typiquement sudiste et rural semble être devenu dans ses manifestations contemporaines un phénomène essentiellement urbain (et moche).Règle sociologique numero 2: un mouvement populaire devient de plus en plus urbain et underground au fur et à mesur des années et de ses revivals suscessifs.''

Essaie l'essaie "Rebel Sells" de Andrew Potter.