samedi 14 février 2009

Le Rouli Roulant: De nuisance publique à instrument de revitalisation

Le ton est grave: "Ce film est dédié à toutes les victimes de l'intolérance"; le sujet doit être sérieux. De quelle victimes parlent-ont? Militant politiques, immigrés clandestins, femmes, homosexuels? Puis la voix de Charles Denner (Z, L'aventure c'est l'aventure, L'Homme qui aimait les femmes ) se fait entendre: "Cette ville n'est plus une ville, il n'y a pas si longtemps, deux millions d'habitants y jouaient au jeu de la vie, mangeaient, travaillaient, se reposaient. Le jeu de la vie n'est jamais facile, pourquoi donc fallait-il que les règles tout à coup en soit perturbées?" Ce qui vient bouleverser l'ordre social, la quiétude mondaine, c'est le rouli-roulant, un nouveau moyen de locomotion parasitaire que la jeunesse s'arrache et que les plus vieux honnissent. Claude Jutra accompagné de Michel Brault à la caméra prend fait et cause pour cette culture naissante et décide de consacrer 18 minutes au sujet.
Le réalisateur met l'accent sur le rapport conflictuel entre les représentants de l'ordre et les acteurs de la marge. Il montre comment les pouvoirs publics ont réagi face à la menace que constituait une foule de jeunes téméraires irrespectueux. Cette réponse est double: dissuasion et cantonnement. Dans un premier temps on vote des ordonnances qui interdisent l'usage de la planche à roulette en ville et l'on cantonne la pratique en aménageant des espaces réservés (patinoires).
Le hic, c'est que le rouli-roulant se pratique mieux en descente et puis ces patinoires aménagés sont bondés, trop bruyantes, c'est nul, on n'y sent pas le vent de liberté qui te remplit les narines dans les rues sinueuses et abruptes de Westmount. C'est que dans les virages en épingle du quartier accolé au Mont-Royal la police veille et confisque les planches. S'amorce alors un jeu du chat et de la souris qui rejoue la dialectique traditionnelle entre l'effervescence rebelle de la jeunesse et la répression crasse de la police. Les cochons confisquent quelques planches, pauvre butin de guerre, les jeunes crient à l'injustice et mémé peut dormir un peu plus tranquille. Le film se termine sur une jolie chanson interprétée par Geneviève Bujold, magnifique.





Dans le Rouli-roulant, Claude Jutra saisit avec justesse le caractère subversif inhérent au skateboard et à la culture qu'il allait faire naitre. Aujourd'hui la skateboard n'a plus aussi mauvaise réputation, il est même très bien accepté dans les villes et ce même si les compagnies de planche continuent à véhiculer une image de déviance, d'outsiders pour plaire au public adolescent.

Dans un article intitulé "De nuisance publique à instrument de revitalisation: les planches à roulette dans l'environnement bâti", Ocean Howel, doctorant en architecture explique comment les municipalités ont progressivement, depuis une dizaine d'années, changées leur attitude et leur perception face à la pratique du skateborad. Quand le maire de Louisville (Kebtucky) a fait construire le plus grand parc de planche à roulette au monde, il s'est justifié au près de ses électeurs en affirmant qu'il considérait "un parc de planche à roulette comme un aspect important de revitalisation du centre ville, qui permet d'attirer et de fidéliser des résidents, des employés et des chefs d'entreprise qui sont jeunes et férus de technologie, c'est à dire une population qui désire vivre au centre ville, et proche de nouveaux types d'installations de loisirs urbains et de parc qui favorisent un style de vie différent." Même son de cloche à Portland où les pouvoirs publics se sont aperçus que la dynamique sociale autour du pont Burnside avait changé. Les vols de voitures, tous comme le vandalisme et la consommation de drogue avaient baissés. Paradoxalement, alors que le skate véhicule une image de la marginalité, il est un facteur de gentrification des centres villes...

Aujourd'hui donc le skateboard est accepté, il participe à la revalorisation de certains quartiers, mais sa pratique, dans des espaces définis par les villes, est plus que jamais réglementé. Il suffit de jeter un coup d'œil au règlement du parc de Rouli-roulant de la ville d'Amos (Québec) pour ce rendre compte à quel point toutes ses règles sont en désaccord avec l'esprit de liberté qui anime la culture de la glisse. Nofx dans la pièce The Seperation Of Church And Skate avaient déja mis en évidence comment l'acceptation du mouvement punk-skate avait participé à sa pacification et à son adoussicement. Moins de violence, plus de contrôle et ed protection...
Why don't we put pads on the kids,
helmets, head gear and mouth pieces.
Then we could pad the floors and walls,
Put cameras inside bathroom stalls.
We make sure only nice bands play,
Make every show a matinee.
Teach kids to be all they can be,
And we could sing my country tis of thee.
Wweet land of liberty, BLEH!

When did punk rock become so safe
I know it wasn't Duane or Fletcher,
Who put up the barricades
Like a stake in the heart
Somehow we got driven apart



RÈGLES D'UTILISATION DU PARC DE ROULI-ROULANTde la ville d'Amos

Chaque utilisateur du parc de rouli-roulant s'engage à :

• Porter obligatoirement un casque protecteur. Les équipements de protection suivants sont fortement recommandés : protège-coudes, genouillères et gants;

• Utiliser prioritairement dans le parc, les planches à roulettes et les patins à roues alignées. Les vélos BMX sont tolérés selon l'occupation du parc.

• Respecter les heures d'ouverture et de fermeture quotidiennes affichées;

• Respecter les dates d'ouverture et de fermeture du parc qui sont indiquées;

• Ne pas utiliser de contenant de verre à l'intérieur ou à l'extérieur du parc;

• Collaborer afin de garder la surface de roulement propre en tout temps;

• Ne pas ajouter d'obstacles ou tout autre module sans l'autorisation préalable du régisseur des équipements récréatifs ou son représentant;

• Utiliser les rampes, une personne à la fois;

• Éviter de faire des jeux dangereux;(sic)

• Ne pas déplacer de module ou de mobilier urbain à l'extérieur du terrain clôturé;

• Éviter de faire du bruit de façon excessive;

• Ne pas apporter de nourriture et de breuvages à l'intérieur du terrain clôturé;

• Ne pas se tirailler ou se bousculer;

• Respecter tous les utilisateurs;

• Rapporter au régisseur des équipements récréatifs ou son représentant, tout incident de vandalisme incluant les graffitis, tout accident ainsi que tout bris ou défectuosité;

• Ne pas utiliser le parc si l'état du terrain est dangereux ou si les modules sont endommagés ou détrempés;

• Obtenir l'approbation du régisseur des équipements récréatifs ou son représentant avant d'organiser un événement spécial;

• Faire preuve de civisme en tout temps;

• Respecter le surveillant du parc.

2.2 Généralités

• Les enfants âgés de huit (8) ans et moins doivent être accompagnés d'un adulte;

• Les animaux sont interdits à l'intérieur du terrain clôturé;

• Aucun spectateur ne peut se trouver à l'intérieur du terrain clôturé;

2.3 Avertissement

L'avertissement ci-dessous doit être affiché sur le site du parc :

« La pratique de la planche à roulettes, du patin à roues alignées et de vélo BMX sont des activités de loisir à risque élevé. L'utilisation de ce parc peut causer des blessures. Vous pratiquez donc cette activité à vos propres risques et la Ville d'Amos n'assume aucune responsabilité pour quelque blessure pouvant y survenir. »


"De nuisance publique à instrument de revitalisation: les planches à roulette dans l'environnement bâti"- Ocean Howel, Comment s'approprier la ville, Publication du Centre Canadien d'Architecture.

Merci à Hugues fournier pour la référence du film.

3 commentaires:

WOZU a dit…

J'aimerai pouvoir faire du rouli roulant à Montréal (fuir la france et la natation)... Et accessoirement y étudier. j'ai beau chercher dans ce cher Nini Ternet, je ne trouve pas d'école d'art appliqués chez vous. Est-ce qu'il me ment?

Fabien Loszach a dit…

oui, il ment:

-http://www.design.uqam.ca/graphique/

-http://www.programmes.uqam.ca/7004

-http://design.concordia.ca/

Wozu a dit…

Merci pour ces révelations...