dimanche 3 août 2008

Les pires reformations

Quand Jimmy Page et Robert Plant se sont réunis ils ont eu la sagesse d'appeler leur retrouvaille Page & Plant et non pas Led Zeppelin. Ce petit détails aurait pu inspirer une kyrielle de musiciens en mal de public et de nostalgie. En effet, depuis peu c'est l'inflation des retrouvailles et des "reformations" (sic): The Doors, Stooges, MC5, Radio Birdman, Pixies, New-York DollsAlice In Chains , les Smashing Pumpkins. Que faire face à cette plaie ? Si l'on ne peut l'empecher, on peut toujours cracher dessus mais en argumentant.

Une reformation tout d'abord, ce n'est jamais très intéressant d'un point de vue artistique. L'argument n'a pourtant que peu de poids, car dans le cas d'une reformation, ce n'est pas de l'art dont on va s'imprégner, mais du mythe. On va manger du mythe et c'est très indigeste. Le rock a atteint cette stature mythologique, il fonctionne à la manière du christianisme, il a ses saints, ses reliques, ses pèlerinages, ses processions... Une autre preuve qui accrédite l'idée qu'il ne fait pas se reformer des années après pour surfer sur le revival se trouve dans le dictionnaire. En effet, alors qu'une formation (action de former) trouve légitimement sa place entre l'adjectif invariable formatif et le nom féminin forme, on ne trouve pas reformation. On pourrait toutefois être fourvoyé par le nom féminin réformation, mais il signifie tout à fait autre chose (soit l'action de réformer). Réformation n'a pas encore été validé par l'académie française. Tant mieux.


5- The Police

Le re-gay de Police a eu beau faire partager un certain concept de négritude avec les blanc-besc bourgeois de tout l'occident, il demeure très ennuyeux. On pouvait cependant être fort reconnaissant envers le groupe de ne pas avoir voulu force la note et de nous avoir épargné une reformation. Malheureusement, en 2007 Sting à craqué et à répondu à l'appel des sirènes oubliant le stratagème qu'avait utilisé Ulysse dans son odyssée en mettant de la cire dans ses oreilles.


4- The Stooges

Oui, on pourra toujours dire qu'Igy Pop reste une bête de scène et que les années n'enlève rien à la qualité du groupe... Mais pourquoi Igy ne continue-t-il pas à chanter seul et pourquoi reformer un groupe sinon pour montrer au enfants que l'héroïne ne tue pas à tout coup? À oui, je sais, pour exciter les branleurs dans les hebdomadaires culturels gratuits.


3-The Vevet Underground

L'infamie peut parfois même toucher les plus grands... Qui aurait pu prévoir qu'un aussi grand groupe que le Velvet underground se serait compromis de la sorte en se reformant en 1992 pour la tournée - tenez vous bien - de U2 ! L'événement qui se déroula sans Nico (décédé en velo à Ibiza 4 ans plus tot ) ni Doug Yule (indésirable aux yeux de Lou Reed et John Cale) ne laissa pas de trace, tant mieux pour eux.


2-New York Dolls

Ils sont nés laids, ils se sont reformés encore plus laids. Le groupe se forme (laid) en 1971 autour du chanteur David Johansen, des guitaristes Johnny Thunders. En 1973, ils sortent un premier album sans titre sur mercury. Abandonné par le label quelques temps après, ils sont récupéré par le futur manager des sex pistol et autoproclamé situ Malcom Mc Laren. Se dernier décide des les dèguiser en communistes. Tous habillé de rouge le groupe traverse les éatts unis et se fait jetter des pières dans un pays ou le punk et aussi un etat d'esprit libéral...Le groupe explose. En 1975, Thunders, l'âme (et le cerveau) du band quitte le groupe avec Nolan , ils fondent tous deux The Heartbreakers en recrutant au passage Richard Hell. dans la foulée ils sortent le mythique album LAMF (Like a Mother fucker)

En 2004, les New York Dolls se reforment autour de trois membres originaux (le chanteur David Johansen, le guitariste Sylvain Sylvain et le bassiste Arthur killer kane) et  à la demande de Morrissey en charge cette année là de la programmation du Meltdown Festival.

À voir (ou non)


1- Sex pistols

Sans doute la reformation la plus pathétique et la plus mercantile que le rock n roll ai connu. Malcom Mc Laren flairant le dernier bon coup de sa carrière décide de réunir les membres originaux du groupe à l'exeption de Sid Vicious (décédé) pour le Filthy Lucre Tour, qui traversa l'europe, l'amerique du sud et le japon. La tournée est un désastre et confirme , quoi qu'on en dise, que le punk etait une musique de jeunes sur les amphétamines et le pcp... Les Sex Pistols remonteront sur scène en 2007 pour feter les 30 ans de Nevermind the Bollock et annonceront dans la foulée une nouvelle tournée. 


A qui le tour : Clash, Ramones, Smiths, Blur Nirvana ?

Aucun commentaire: