lundi 12 mai 2008

ROI-HEENOK: l'oeuvre d'art totale

Il est maintenant coutumier, dans la pratique artistique contemporaine, de prendre sa personnalité comme objet artistique. ceci n'est pas nouveau car toute la modernité artistique semble reposer sur la valorisation du moi. Nietzsche, précurseur de cette modernité déclarait déjà à la fin du 19e siècle que l'art était "une chose superflue, morte, que (devait) remplacer l’intervention de la personne : la vie comme œuvre artistique." Warhol, le photocopieur mondain, roi de l'entrisme, a sans doute finit d'enfoncer le clou, lui qui n'a cessé de tenter de faire de sa vie une histoire de l'art. En 1965 d'ailleurs à Philadelphie, Warhol est le commissaire d'une exposition sans œuvre... l'oeuvre étant sa personne.

N'en déplaise aux défenseurs aliénés de l'art contemporain, le moi comme oeuvre rend compte d'un culte égotique de l’artiste pour sa propre personne et d'une fascination de notre société pour ce personnage. Le roi Henok est un artiste à sa manière, mais aussi est surtout un artiste sans manière. Le moins que L'on puisse dire, c'est qu'il a des prétentions et même si on ne lui donnerait pas comme ça au premier abord le titre d'artiste, il irait lui même le chercher quitte à s'inventer une vie et un pedigré.




Le ROI-HEENOK veut percer dans le gangsta rap, mais a oublié qu'il fallait savoir rapper un minimum pour y arriver dans ce milieu. Cependant, il semble que Heenok ait un sérieux problème avec la langue française. on se demande toutefois si il a beaucoup trop d'idées dans sa tête et que ces dernières se mêlent en sortant ou si au contraire, il n' a rien dans la tête mais se serait ses muscle buccaux qui seraient pris dans le mouvement perpétuel. Une chose est sûre, une vidéo comme celle-là ne peut que nous laisser interrogatif:



Comme la langue de Molière (qui ça?) ne semble pas être son fort, il se replie corps et âme sur l'image gangster. Mais qui pêche par trop d'ambition est parfois rattrapé par le destin... En exhibant des armes et de la cocaïne sur son
site , cet ardent défenseur du "cocaino-rap-musique" comme il le définit a fait un séjour à la sûreté du Québec le mois dernier. La nouvelle même si elle n'a pas fait de bruit ici au Québec a choqué le monde du hip-hop français qui n'a pas tardé à crier à la liberté d'expression.Mais l'essentiel n'est pas là, TQS dans un remarquable travail journalistique nous révèle, dans une deuxième dépêche  que ROI-HEENOK n'a ni casier judiciaire et qu'il est inconnu des registres de gangs de rue. Tout un mystère, surtout quand on regarde ces vidéos ou il fait l'apologie des armes à feu.



Le Roi-Henok a aussi des idées, notamment sur la sexualité. une analyse fine et poussée des rapports humains couplée à une intuition sociologique peu commune lui fait dire une pharse qui restera dans l'histoire: "Si té pédé tu devrais enculer ta meuff négro! C'est chaud!"



L'homme est dans tous les mauvais coup, il serait même en possession d'une cassette de "la cassette de l'heure que Washington recherche" avec tous les recherchés islamiques dans le rap musique. Ça fait peur.

1 commentaire:

jeanmalek a dit…

C'est un personnage ce gars. Au fait, il se trouve dans le chateau St-Ambroise ou se situe mon ancien studio que je t'ai fais visiter il y a quelques mois.

Ton blog est fort intressant. Je continuerai à y jeter un oeil de temps en temps!

Jean Malek